Acoustique

L'isolation acoustique

Homegrade vous aide à identifier les bons réflexes et les gestes pratiques en terme d’acoustique dans votre logement et, si vous le souhaitez, vous guide dans les travaux adaptés pour réduire la propagation du bruit dans la construction. Nos conseillers viennent chez vous et vous orientent dans vos choix, du début à la fin de votre projet. Tous nos services sont entièrement gratuits.

Sous certaines conditions, la Région de Bruxelles-Capitale octroie, aux habitants qui ont droit à la prime à la rénovation, un avantage supplémentaire pour l’isolation acoustique.

Consultez le Code de bonnes pratiques – Acoustique, un référentiel technique d’isolation acoustique rédigé par Homegrade pour la prime à la rénovation de l’habitat.

En ville, un peu de tranquilité change la vie...agissez!

Vous rêvez de plus de calme? Vous entendez trop vos voisins et les bruits extérieurs? Il est généralement possible d’améliorer l’isolation acoustique de son logement. Demandez un accompagnement pour des travaux acoustiques! Nos conseillers effectuent des visites à domicile afin de vous donner les conseils les mieux adaptés à votre logement.

En cas de nuisance sonore, tenter avant tout de dialoguer avec le voisin chez qui provient le bruit gênant. Il n’est peut-être pas conscient du problème. Si le dialogue s’avère difficile, il peut être utile de demander l’intervention du syndic de l’immeuble ou d’un médiateur local. Celui-ci est un professionnel expérimenté dont le métier est de retisser le dialogue et trouver des solutions au conflit de voisinage (bruit, manque de respect des communs, attitudes agressives…).

Les médiateurs locaux sont souvent des fonctionnaires communaux ou des asbl para-communales et ils dépendent parfois de la police communale. Renseignez-vous auprès de votre commune.
Remarque : ne pas confondre avec les médiateurs sociaux, qui travaillent à plus grande échelle et tentent de favoriser les relations entre le citoyen et les institutions ou le pouvoir local, en concertation avec le monde associatif et les Maisons de Jeunes.

En cas d’échec de la médiation, une conciliation (gratuite) peut être demandée par simple envoi d’une lettre au juge de paix de sa commune.
Si la conciliation échoue, il est encore possible d’intenter un procès devant la justice de paix. Cette procédure est beaucoup moins lourde que la procédure classique d’enquête pénale devant le Parquet.

Pour une intervention urgente (par exemple un tapage nocturne), c’est la Police locale qu’il faut contacter. Il est cependant déconseillé de porter plainte auprès de celle-ci, car cela déclencherait la procédure classique.

En cas d’échec du dialogue avec le gêneur, on peut introduire une plainte auprès de Bruxelles Environnement (anciennement IBGE) en utilisant un formulaire standard de plainte élaboré à cet effet. Avant cela, toutefois, il est conseillé d’envoyer une lettre recommandée au gêneur, lui rappelant de manière courtoise les démarches effectuées et les éventuels accords verbaux ou écrits. On portera plainte s’il n’a pas réagit positivement dans un délai raisonnable.

Le formulaire de plainte est disponible au Service Info-Environnement de Bruxelles Environnement – 02 775 75 75 ou environnement.brussels

Si Bruxelles Environnement juge votre plainte recevable, elle vient installer chez vous un sonomètre, qui se déclenche automatiquement quand survient un bruit. Bruxelles Environnement le laisse chez vous 24 h, ou plus s’il n’a pas été possible de prendre les mesures. Ils comparent ensuite les résultats obtenus aux normes bruxelloises et, si elles sont dépassées, ils peuvent à votre demande obliger vos voisins à changer de comportement ou à entreprendre des travaux d’isolation acoustique sous peine d’amendes. Ce service a le mérite d’être gratuit, mais malheureusement il ne vous apportera pas une satisfaction immédiate puisqu’un certain délai sera accordé à vos voisins pour se mettre en règle.

Plus d’infos sur les bruits de voisinage ici.

Remarques:

  • Pour certaines sources sonores, il n’existe aucune législation fixant des normes acoustiques (p.ex. trafics routier, ferroviaire et fluvial, activités de la défense nationale, activités scolaires et de culte). L’IBGE ne peut donc constater d’infraction et intervenir.
  • Les principales sources de nuisances sonores sont des conditionnements d’air mal réglés, la musique amplifiée, les bruits des chargements et déchargements de marchandises, le travail nocturne bruyant et les chantiers.