Projets européens

Citizens for Energy Transition (C4ET)

Téléchargez les outils créés par Homegrade dans le cadre du projet européen Citizens For Energy Transition en 2018:

Rénover: réparer, réutiliser et recycler – Cette brochure est destinée à sensibiliser les citoyens aux possibilités de réutilisation des matériaux de construction lors d’une rénovation de maison. Elle donne également des conseils pratiques: comment démonter, où est-il possible de trouver des matériaux d’occasion, etc.

Économie circulaire en rénovation – Cette infographie donne un aperçu des principaux éléments qui peuvent être entretenus, réparés, améliorés, réutilisés ou transformés au lieu d’être jetés comme cela se produit d’habitude, surtout pendant la rénovation d’une maison.

Économie circulaire citoyenne dans le bâtiment – Voulez-vous attirer l’attention sur les possibilités de réutilisation et de transformation des matériaux de manière ludique? Ce jeu est fait pour vous ! Téléchargez le mode d’emploi, le plateau de jeu, les cartes, les fiches-matériaux, et les fiches-centre-de-tri.

L’inventaire – Ce document offre une méthodologie pour vous aider à réutiliser les matériaux lors de la rénovation de votre maison. Réutiliser ou transformer l’existant ne peut pas être improvisé, découvrez comment organiser votre projet de A à Z!

Conférence : La rénovation circulaire – Cette présentation aborde le problème de l’économie circulaire dans la rénovation des bâtiments selon le principe des quatre R: réduire, réparer, réutiliser et recycler.


Citizens for Energy Transition (C4ET)
Educating citizens on the energy transition, improving practices and multiplying efforts

Durée du projet : 1 septembre 2015 – 31 août 2018

Programme : Erasmus+ (Union Européenne)

Partenaires du projet :

  • Energies 2050, France;
  • Global Nature Fund (GNF), Allemagne;
  • Le Centre Urbain – Stadswinkel, Belgique;
  • Molise verso il 2000 scrl, Italie;
  • Trebag Vagyon – Es Projektmenedzser KFT, Hongrie; Drustvo Za Oblikovanje Odrzivog Razvoja, Croatie.

Objectifs généraux:

  • Sensibiliser les citoyens européens sur la transition énergétique
  • Contribuer à un développement sobre en énergie et en carbone
  • Renforcer les connaissances et les compétences des adultes en matière de transition énergétique
  • Aider les citoyens à exploiter les opportunités liées à la transition énergétique, par exemple en matière d’emplois et de développement économique.

Objectifs spécifiques:

  • Identifier les pratiques et les méthodes de sensibilisation et formation existantes en Europe sur les enjeux de la transition énergétique
  • Améliorer et étendre ces méthodes pédagogiques
  • Accroître le nombre d’Organisations de la Société Civile et d’acteurs impliqués dans l’éducation des citoyens sur la transition énergétique
  • Encourager la création de réseaux d’acteurs impliqués dans l’éducation des citoyens sur la transition énergétique
  • Consolider les compétences des Organisations de Sociétés Civiles impliquées ou ayant des intérêts dans le domaine de l’éducation des citoyens à la transition énergétique
  • Renforcer les compétences des citoyens européens dans le domaine de la transition énergétique.

Méthodologie

Pour atteindre ces objectifs, l’équipe C4ET a commencé par identifier les pratiques éducationnelles innovantes au niveau national (dans chacun des six pays représentés par le projet). Elle s’appuiera sur cela pour fournir des outils pédagogiques innovants conçus pour atteindre (directement ou indirectement) les citoyens adultes européens, les aider à s’impliquer dans la transition énergétique, à reconsidérer leur comportement à la lumière des informations fournies et à les encourager à progresser vers la durabilité.

Public cible

Les cibles pour ce projet sont :

  • Les Organisations de la Société Civile et autres parties prenantes engagées pour l’éducation des citoyens
  • Les Organisations de la Société Civile actives dans la sensibilisation liée à nos modèles de développement
  • Les citoyens adultes
  • La cible finale est l’ensemble des citoyens Européens.

Toutes les informations et les outils des partenaires sont sur le site http://citizens4energytransition.org.

Les projets du Centre Urbain

Méthodologie d’Approche Educative sur la Précarité Energétique (MAEPE)

Le projet MAEPE est une collaboration entre trois partenaires explorant la question de la précarité énergétique et la réponse donnée par chacun afin d’aider les personnes touchées par ce phénomène, tout en promouvant l’utilisation d’une énergie durable.

Les trois partenaires croisent différentes expériences :
• Le Pact Arim des Alpes Maritimes est basé à Nice. Cet organisme fait partie d’un réseau national de 145 associations réparties sur tout le territoire français. Leur mission est de répondre aux besoins, habitudes et moyens disponibles des personnes isolées ou vivant en famille dans des conditions très modestes, afin d’améliorer leurs conditions de logement et de favoriser la réhabilitation des quartiers.
• Le London Borough of Lewisham est, en tant qu’autorité publique (Conseil de Lewisham) responsable directement et indirectement de l’accessibilité à un grand nombre de services pour ses résidents. Le Conseil promeut l’utilisation efficace des ressources au sein de sa commune, en travaillant avec les habitants, les entreprises et autres afin de réduire les gaspillages, épargner de l’argent et protéger l’environnement actuel et celui des futures générations.
• L’association le Centre Urbain dont le but est de promouvoir le développement urbain durable. Une de ses missions est d’assurer la réalisation d’audits énergétiques et de fournir une guidance aux ménages défavorisés afin de réduire leurs factures d’énergie.

Les objectifs du projet ont consisté à :
• identifier la situation locale de chacun des partenaires ;
• présenter les méthodologies les plus couramment employées ;
• rechercher de quelle manière les aides sont apportées aux personnes les plus fragilisées ;
• mettre en place un échange de bonnes pratiques dont le but est de bâtir un modèle pratique qui puisse servir dans différents cas de figure.

Le rapport de notre premier séminaire donne une meilleure compréhension des champs d’action des trois partenaires et des objectifs poursuivis dans le cadre du projet. Il peut être téléchargé ici

A travers ce projet, nous avons fait face à une grande variété de situations de précarité énergétique et à différentes résolutions de problèmes. Premièrement, nous étions confrontés à différentes conceptions de l’expression « précarité énergétique », qui n’est ni précisément définie en France, en Belgique, ni au niveau européen. C’est pourquoi nous avons choisi de nous référer à la définition britannique selon laquelle toute personne qui consacre plus de 10 % de ses revenus aux factures d’énergie est en situation de précarité énergétique.

Un fait commun partagé est, bien souvent, la mauvaise efficacité énergétique des logements. Ce niveau d’efficacité énergétique est déterminant, car il renforce la précarité énergétique. Un ménage aux ressources limitées est d’autant moins en mesure d’assumer ses dépenses s’il habite dans un logement ouvert à tous les vents et mal chauffé. Cela signifie aussi qu’avec les mêmes revenus, un ménage peu aisé pourrait payer la facture énergétique d’un logement bien isolé, en contrôlant et en mesurant ses dépenses en énergie. Or souvent, les logements des personnes les plus pauvres sont vétustes et sont antérieurs aux réglementations thermiques nationales et européennes.

Le projet MAEPE nous a permis d’améliorer nos connaissances sur les causes de la précarité énergétique et notre compréhension de quelques mécanismes opérationnels employés pour y remédier. Dans notre projet, des pratiques innovantes en matière de lutte contre la précarité énergétique ont pu être examinées sous trois aspects :
1. social : qui sont les personnes touchées par la précarité énergétique et quels types d’aides sont fournis par chaque partenaire.
2. technique : l’innovation dans les bâtiments, de manière à améliorer l’efficacité énergétique et diminuer les factures des locataires.
3. financier : comparaison des mécanismes financiers déployés par chaque partenaire (crédit, prêt vert, primes, réductions fiscales etc…).

Nous avons choisi de présenter les résultats qui ont été vus à Bruxelles (BE), Lewisham (GB) et Toulon-Nice (FR) au moyen de cas d’études présentés sous forme de fiches-sujets. Ces fiches-sujets reprennent différents thèmes :
• l’amélioration de l’efficacité énergétique des logements sociaux : de la rénovation traditionnelle aux bâtiments sociaux passifs (projet « l’Espoir » à Bruxelles) ;
• le travail social : de quelle manière les personnes les plus fragilisées sont-elles soutenues. A ce titre, le travail de l’association « London and Quadrant Housing » est significatif, de même que l’action des travailleurs sociaux à Toulon, tournés vers les communautés de gitans ;
• les stratégies d’économie d’énergie à grande échelle (l’utilisation des déchets à Londres afin de fournir de l’énergie, l’utilisation des déchets de bois à Cannes afin de chauffer des ensembles d’immeubles de logements sociaux) ;
• les programmes spécifiques destinés à réduire la précarité énergétique.

Ces 17 Fiches-Sujets sont destinées à illustrer les mécanismes variés de lutte contre la précarité énergétique.

Elles peuvent être téléchargées ci-dessous:

FS-1 Bruxelles: les audits énergétiques du Centre Urbain
FS-2 Bruxelles: logements sociaux – bâtiment passif « l’Espoir »
FS-3 Bruxelles: rénovation énergétique d’un bâtiment classé au sein d’une Cité-jardin
FS-4 Bruxelles: logements sociaux dans la commune de Schaerbeek
FS-5 Bruxelles: politique de lutte contre la précarité énergétique
FS-6 Bruxelles: lutte contre l’insalubrité – Contrat de quartier Maison-Rouge
FS-7 Nice: l’espace Info-énergie
FS-8 Cannes: la Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) Maria
FS-9 Toulon: relogement des gens du voyage dans des logements fixes – Accompagnement social
FS-10 Cannes: chaufferie au bois pour un ensemble de logements sociaux (Ranguin)
FS-11 Cannes: OPAH – Plan de cohésion social
FS-12 Londres: quartiers nord de Lewisham
FS-13 Londres: logements dans les quartiers sud de Lewisham
FS-14 Londres (Lewisham): logements sociaux rénovés de Heathside – Lethbridge
FS-15 Londres (Lewisham): logements sociaux de Loampitvale
FS-16 Londres (Lewisham): logements sociaux de London and Quadrant
FS-17 Londres: projet de réseau de châleur dans la commune de Lewisham

« Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication n’engage que son auteur et la Commission n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues. »

Le Centre Urbain participe au projet européen « Come On Labels » dont le but est de diffuser l’information sur la nouvelle labellisation énergétique des appareils électroménagers. Le projet, dont la durée est de deux ans et demi, a démarré en décembre 2010 sous le pilotage de l’agence tchèque de l’énergie (Seven).

Objectifs:

Il y a trois domaines principaux liés au bon fonctionnement de l’étiquette énergétique:

1. l’information correcte indiquée sur les étiquettes (justesse des informations, la vérification de la conformité via des essais)

2. l’affichage approprié des étiquettes énergétiques sur les appareils dans les magasins, dans les catalogues et sur la toile internet (e-commerce, publicité internet, ventes par correspondance, etc.),

3. l’organisation des activités promotionnelles visant les futurs acheteurs (matériaux d’information et d’éducation et campagnes de sensibilisation).

Ces trois domaines participent à l’objectif commun d’amélioration permanente de l’efficacité énergétique des appareils électroménagers et des produits énergivores en général, et à guider le consommateur à effectuer un achat plus judicieux.

Les objectifs principaux de ce projet sont d’apporter un soutien à la bonne organisation des activités mentionnées ci-dessus au niveau national, d’identifier les meilleures pratiques nationales, et les rendre disponibles au niveau européen et international.

Ces informations seront combinées et complétées par des études sur l’éventuelle nécessité de remplacement des vieux appareils et/ou des appareils moins efficaces.

Principales activités du projet Come On Labels:

Les différents partenaires de ce projet rassembleront les exemples des meilleures pratiques dans leurs pays et les partageront à travers l’Europe. Par la même occasion, ils identifieront les éléments les plus problématiques de la diffusion et du contrôle des étiquettes et feront des tentatives pour améliorer la situation actuelle en travaillant avec des organismes locaux et les organismes responsables : détaillants, consommateurs, fabricants et les autorités concernées des Etats membres.

Les domaines clés comprennent:

• Législation – identification, comparaison avec les directives de l’UE, rôles et responsabilités, différences dans la nouvelle législation (y compris les mesures existantes et futures d’implémentation sous la directive Écoconception 2005/32/EC pour les appareils/produits)

• Essai des appareils – règles de bonne pratique sur pourquoi et comment les essais officiels devraient être réalisés, rassemblement et échange d’information sur les essais réalisés, y compris une comparaison avec la situation hors de l’UE;

• Conformité du détaillant – règles de bonne pratique dans chaque Etat membre, visites aléatoire par des partenaires dans des magasins et lancement de l’action de diffusion, y compris la formation des détaillants;

• Promotion – exemples de bonne pratique, description de la situation actuelle, organisation d’au moins une nouvelle activité promotionnelle dans chaque pays participant, comprenant:

La planification promotionnelle pour les étiquettes énergie;

La réalisation de textes simples pour le matériel promotionnel, p.ex. expliquer la nouvelle étiquette en général, expliquer les étiquettes spécifiques à chaque produit;

La mise en œuvre (coordination) des activités promotionnelles;

L’analyse de l’effet de ces activités promotionnelles.

• Remplacement – information sur l’âge moyen des appareils dans les ménages, synthèse des outils disponibles (législation fiscale, programmes de réduction, incitants, etc.) et les résultats obtenus dans les pays ayant déjà utilisé certains de ces outils, mise à disposition d’un document au niveau national;

• Recommandations finales

Référence du projet : www.come-on-labels.eu

Conférences organisées par Le Centre Urbain (en 2011):

– Les Labels Energétiques – Conférence

Le choix et la bonne utilisation de son appareil électroménager ne sont pas des choses aisées. Pour aider l’utilisateur, le Centre Urbain en partenariat avec le CRIOC propose d’expliquer le nouveau label énergie, les gestes pratiques/utiles pour bien utiliser son électroménager, les incitants financiers proposé en Belgique pour l’achat d’un appareil électroménager (primes énergie, éco-chèques, …), ainsi que le cycle de vie et de recyclage d’un appareil.

Orateur : M. Adriaan Meirsman, Directeur de l’information du Centre de recherche et d’information des organisations de consommateurs (CRIOC).

Brochures éditées par Le Centre Urbain:

1- L’entretien du linge 

2- Le réfrigérateur

3- La télévision

4- Le lave-vaisselle

Le projet ComeOn Labels (Common appliance policy – All for one, One for all – Energy Labels) est soutenu par le programme Energie Intelligente pour l’Europe. Le contenu de ce projet et de tous ses documents n’engage que la responsabilité de son auteur et ne reflète pas nécessairement l’opinion de l’Union européenne. Ni l’EACI ni la Commission européenne ne sont tenus responsables de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y figurent.

Programme Interreg

Le programme de coopération interrégionale INTERREG IVC, financé par le Fonds Européen de Développement Régional, aide les Régions d’Europe à travailler ensemble pour partager les expériences et les bonnes pratiques dans les domaines de l’innovation, l’économie de la connaissance, l’environnement et la prévention des risques.

A propos du projet Serpente

L’Union européenne se trouve confontée une situation telle que la réduction des émissions nocives et l’utilisation efficace des ressources énergétiques sont indispensables pour garantir à long terme le développement durable. En plus des questions actuelles concernant la sécurité énergétique et l’énergie nucléaire, l’UE doit prendre en considération la façon d’investir dans des initiatives visant à freiner le changement climatique. SERPENTE met l’accent sur cette question, conformément à l’objectif global INTERREG IVC sur la prévention des risques et l’environnement et à la priorité qui donnée aux intérêts financiers  par rapport à l’énergie et le transport durable.

10 % d’économies d’énergie pourraient être réalisées d’ici 2020 grâce à  la seule application de la législation existante dans le transport, la production de chaleur et de la construction. La consommation d’énergie dans les bâtiments représente environ 40 % de la consommation finale totale d’énergie en Europe.

Les problèmes de déperditions d’énergie varient d’un type de bâtiment à l’autre: les bâtiments anciens historiques, les bâtiments construits à partir de la 2ème guerre mondiale jusqu’aux années 70, les bâtiments contemporains qui doivent être construits au moyen de technologies durables depuis 1990. Selon la Directive de la Performance Energétique des Bâtiments, la performance des bâtiments existants doit être améliorée par des rénovations exemplaires majeures dans le respect des exigences nationales minimales et par la mise en place de solutions alternatives hautement performantes.

Dans ce contexte, les actions à mener dans les bâtiments publics doivent constituer l’exemplarité. En effet, ces bâtiments sont grands consommateurs d’énergie, en raison de leur taille, du nombre élevé d’utilisateurs et l’absence chronique d’investissements pour la rénovation. Les pouvoirs publics ont de surcroît un rôle crucial à jouer afin de favoriser les projets de rénovation exemplaires. Promouvoir et récompenser la consommation rationnelle de l’énergie peut favoriser le changement des comportements dans le secteur privé et chez les citoyens. Les pouvoirs publics sont dès lors confrontés au défi de trouver des fonds pour des investissements à grande échelle et de justifier les coûts initiaux en démontrant la valeur des économies futures dans une perspective de croissance économique durable. Une difficulté s’ajoute en outre, lorsque les bâtiments sont gérés par des tiers (cas des écoles ou des installations sportives), par le fait que les utilisateurs n’ont pas de motivation à s’engager dans des pratiques d’économies d’énergie. Enfin, les pouvoirs publics doivent faire face à des questions de coordination des politiques, à la fois entre les différents services et entre les différents niveaux de collectivités locales.

Le projet SERPENTE rassemble 10 partenaires issus de 10 pays. Ce sont autant de différences de climats, d’histoires et de familles de bâtiments. Toutefois, le thème de l’efficacité énergétique dans les bâtiments est pertinent pour tous! Certains partenaires émanent d’autorités locales qui gèrent directement les bâtiments publics et engagent des politiques publiques. D’autres sont des agences de l’énergie, qui soutiennent les autorités locales et sont en charge de la conduite des plans locaux d’énergie. D’autres encore sont des entités comme un centre de recherche spécialisé dans les énergies renouvelables, ou une une association de villes. Ces partenaires sont en contact avec des utilisateurs finaux, des décideurs politiques et des acteurs clés pour les activités du projet.

Les partenaires ont décidé de concentrer les activités du projet sur les rénovations des bâtiments publics existants pour atteindre les normes plus élevées d’économies d’énergie et d’efficacité.

Le projet centre ses activités sur les bonnes pratiques liées aux mesures existantes d’incitation financières, aux technologies, à l’évaluation des performances du bâtiment, aux campagnes de sensibilisation et des politiques qui permettent d’améliorer significativement l’efficacité énergétique des bâtiments publics.

Objectifs du projet

L’objectif global de SERPENTE est d’améliorer l’efficacité énergétique dans différentes types de bâtiments publics appartenants ou gérés par des autorités publiques. De cette façon, SERPENTE contribue aux objectifs de Lisbonne, de Göteborg et à la stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente et durable. Il s’inscrit dans le cadre des priorités de Énergie 2020 – Stratégie pour une énergie compétitive, durable et sûre, qui fait référence au stock de bâtiments publics et à la nécessité d’exploiter toutes les possibilités pour améliorer l’efficacité énergétique et viser à l’autonomie des bâtiments.

Les sous-objectifs du projet sont les suivants:
• Favoriser la compréhension théorique et l’application pratique des initiatives d’efficacité énergétique, à la fois directement dans les bâtiments publics et comme un effet multiplicateur pour les utilisateurs finaux;
• Sensibiliser les décideurs politiques sur l’importance de l’efficacité énergétique dans les bâtiments publics via une communication spécifiquement structurée et des activités techniques;
• Promouvoir une consommation responsable de l’énergie parmi les utilisateurs des bâtiments publics (employés de l’administration publique, les résidents de logements sociaux publics, les utilisateurs des installations, étudiants), grâce à l’information au niveau régional et aux actions de participation;
• Favoriser la participation active des acteurs locaux dans les politiques publiques, par la participation à des groupes de discussion régionaux et des échanges interrégionaux;
• Promouvoir les économies d’énergie au niveau des pouvoirs publics,
• Identifier les bonnes pratiques liées à l’efficacité énergétique dans les bâtiments publics et les utiliser pour définir des stratégies de mise en œuvre au niveau local / régional, grâce à un échange approfondi entre les 10 régions européennes;
• Mettre en place des actions pilotes, qui testent les bonnes pratiques (GP) dans un certain nombre de bâtiments de propriété publique couvrant les 5 typologies de bâtiments sélectionnés ( traitées en sous-groupes);
• Développer et diffuser un manuel commun à partager avec les autorités locales pour améliorer la performance énergétique des bâtiments publics appartenant à / gérés, qui comprend une section théorique (basée sur l’analyse des contextes et des échanges) et une section spécifique à la mise en œuvre (sur la base des résultats des actions pilotes concrètes).

Téléchargez notre dépliant d’information: