Fenêtre ancienne en bois

Les questions les plus fréquentes

5 résultat(s) pour : categorie

Comment et dans quels cas restaurer la fenêtre ancienne ?

Les anciennes menuiseries extérieures sont assemblées à l’aide de de bois ou de vis. Elles ne sont pas collées. Ce système permet le démontage et le remplacement de pièces abîmées. Des réparations locales peuvent être réalisées au moyen de .

La restauration est conseillée pour des châssis qui présentent un intérêt particulier ou lorsque seuls quelques châssis d’une façade sont endommagés.

Une greffe de bois sur la battée d'un châssis
Une greffe de bois sur la battée d’un châssis
Dois-je demander un permis d’urbanisme ?

Bâtiment non protégé

L’interlocuteur est le service de l’urbanisme de la commune. Les travaux d’entretien, de restauration et ceux qui améliorent la performance des châssis existants ne sont pas soumis à permis d’urbanisme.

Bâtiment protégé

L’interlocuteur est la Direction du patrimoine culturel de la Région de Bruxelles-Capitale. Pour les biens classés ou inscrits sur la liste de sauvegarde, la restauration ou le remplacement de châssis doit toujours faire l’objet d’une demande de permis. Les travaux d’entretien en sont dispensés. Il est préférable de consulter la Direction du patrimoine culturel avant d’effectuer toute intervention.

Châssis ancien Art déco
Comment améliorer les performances des anciennes fenêtres ?

Resserrage du joint extérieur

Le resserrage du joint entre le châssis et la maçonnerie revêt une grande importance sur les plans thermique et acoustique. Celui-ci peut être réalisé à l’aide d’un mastic souple.

Pose de joints d’étanchéité

Des joints souples peuvent être posés par un menuisier à l’intérieur d’une rainure pratiquée dans les profilés du châssis. Il existe également des systèmes de joints en pâte de silicone moulés sur place.

Survitrage

Un survitrage peut être appliqué sur la face intérieure du châssis. Le survitrage offre une solution intéressante dans le cas où l’on souhaite conserver des vitrages précieux ou des vitraux.

Schéma : survitrage
Schéma : survitrage

Double fenêtre

Comme le survitrage, le doublage de la fenêtre par la pose d’un second châssis côté intérieur permet également de conserver le châssis et le vitrage existants. Cette solution apporte des performances thermiques et acoustiques élevées.

Schéma : double fenêtre
Schéma : double fenêtre

Double vitrage dans le châssis existant

La méthode la plus courante consiste à élargir la du châssis pour lui permettre de recevoir un double vitrage. Une pareclose (petite latte de bois) est fixée du côté extérieur de la fenêtre pour maintenir en place ce double vitrage.

Schéma : double vitrage
Schéma : double vitrage

Simple vitrage peu émissif

La pose d’un simple vitrage avec permet de renforcer l’isolation de la fenêtre sans devoir modifier la feuillure à vitrage. Cette solution est intéressante dans le cas de fenêtres à petites divisions car elle évite de recourir à de faux collés.

Schéma : simple vitrage à basse émissivité
Schéma : simple vitrage à basse émissivité

Double vitrage mince sous vide

Comme le simple vitrage peu émissif, le double vitrage mince sous vide peut être posé dans la existante. Ce vitrage présente un niveau de performance thermique équivalent à celui d’un triple vitrage !

Schéma : double vitrage mince sous vide
Schéma : double vitrage mince sous vide
Entretenir les fenêtres : quels sont les gestes qui sauvent ?

Nettoyez et ouvrez vos fenêtres au minimum 1 ou 2 fois par an

Nettoyer la face extérieure des châssis de fenêtre à l’eau additionnée de savon doux pour éliminer les poussières et salissures qui endommagent la peinture ou le vernis.

Procéder à l’ouverture de toutes les fenêtres afin d’éviter que certaines pièces mobiles, en particulier les charnières, finissent par être bloquées par la rouille. Lubrifier légèrement ses éléments si nécessaire.

Déboucher les trous d’évacuation chaque année avant l’hiver

Vérifier si les trous d’évacuation d’eau du bas du châssis ne sont pas obstrués et les déboucher à l’aide d’une pointe métallique si nécessaire.

Rénover les mastics dès qu’un problème est constaté

Remplacer immédiatement les mastics qui ont sauté pour éviter la pénétration de l’eau dans le bois.

Mettre en peinture ou vernir

Tous les 2 ou 3 ans, si nécessaire, remettre une couche de peinture ou de vernis sur le bas des châssis qui, davantage exposé aux intempéries, se dégrade plus rapidement.

Tous les 5 à 10 ans, repeindre ou revernir complètement les châssis si nécessaire. Un léger ponçage de la couche de peinture existante au papier de verre fin est souvent suffisant avant de repeindre. Un décapage complet ne sera réalisé que si la finition existante est fortement dégradée.

Conserver au lieu de remplacer un châssis ?

Les fenêtres sont un élément important du dessin de votre façade. Les conserver au lieu de les remplacer peut se révéler être une solution durable du point de vue environnemental. Ce choix se justifie particulièrement si votre bâtiment présente une valeur patrimoniale et que les châssis sont encore d’origine. 

Publications suggérées

Consultez notre documentation pour en savoir plus

  • Fenêtre ancienne en bois – Entretien et amélioration des performances

    Patrimoine

    Homegrade, 2019

  • Sgraffite - Technique et préservation

    Patrimoine

    Homegrade, 2019

  • Revêtement de sol - Marbre et ciment

    Patrimoine

    Homegrade, 2019

  • Balcon - Entretien et préservation

    Patrimoine

    Homegrade, 2019

  • Ascenseurs anciens - Patrimoine et sécurité

    Patrimoine

    Homegrade, 2023

Consulter toutes les publications